ld mars 2020 - lp15

Aller au contenu
Menu

ld mars 2020

Actualité
Libres débats de la Libre Pensée

mercredi 4 mars 2020


Ce que cache le projet de
Service National Universel

Résumé : Roger DE NASCIMENTO

C’était ce que l’on appelle une « promesse de candidat ». Emmanuel Macron, lors des élections présidentielles, avait indiqué qu’il mettrait en œuvre un Service National Universel. Celui-ci s'est mis en place à titre expérimental en juin 2019.
Le 26 avril 2018, un premier groupe de travail rend au président de la République un rapport relatif à la création d'un Service National Universel.
Ce document, rapporté par le général de division Daniel MENAOUINE, énonce les premières conditions dans lesquelles le SNU pourrait être décidé. Il identifie également les principaux enjeux :
·        Le principe du caractère obligatoire, en garantissant le cas échéant la militarité du dispositif afin d'assurer sa constitutionnalité ;
·        L'universalité réelle, ce qui implique une égalité de traitement dépourvue de favoritisme ou de dérogations ;
·        L'hébergement collectif.
Principe
La plaquette de présentation officielle stipule: "Le Service National Universel s'adresse à tous les jeunes filles et garçons âgés de 15 à 17 ans pour une société de l'engagement, bâtie autour de la cohésion nationale. Il comporte obligatoirement un séjour de cohésion de deux semaines et une mission d'intérêt général de deux semaines également. Chaque jeune peut ensuite poursuivre une période d'engagement de trois mois minimum".
En l'absence de base légale et constitutionnelle permettant de conférer un caractère obligatoire au SNU, la première phase de préfiguration lancée le 16 juin 2019 est basée sur le volontariat des jeunes concernés.
À l'occasion d'un entretien dans la presse, le secrétaire d'État Gabriel ATTAL indique que « les jeunes vont être accueillis par des militaires, des animateurs, des éducateurs ».
Dès la rentrée 2019, il est annoncé que le service national universel sera pérennisé et devra concerner au moins 400 000 jeunes d'ici 2022, avec un premier palier de 20 000 à 30 000 appelés pour l'année 2020, et un second de 150 000 pour l'année 2021. Une augmentation du budget de l'éducation nationale est annoncée à hauteur de 700 millions d'euros, et devrait être entérinée dans le cadre du projet de loi de finances pour l'année 2020.
S'agissant du cadre juridique, une réforme constitutionnelle ainsi qu'un projet de loi sont nécessaires pour rendre le dispositif obligatoire et définir ses modalités.
Critique
Beaucoup de dispositifs différents existent déjà, Service civique, service national, Cadets, Journée de la Défense se superposent aujourd’hui dans un fatras difficilement compréhensible. Le SNU a pour objet d’unifier dans le temps tous ces dispositifs pour en faire un instrument de prise en main  de la jeunesse.
On parle de citoyenneté, mais la question de fond, en confiant la mise en œuvre du SNU à l’armée, c’est l’encasernement des consciences au nom des « valeurs » de la République, dont tout le monde parle et que personne ne peut définir.
Conclusion
Dans son audition du 22 mars 2018, le général de corps d’armée PONTIES a précisé que : «l’instauration du SNU permettra non seulement de renforcer l’esprit de défense, mais aussi de valoriser l’offre du ministère des Armées et ainsi de se conformer aux enjeux de pérennisation du modèle d’armées français qui dépend d’un volume de recrutement ambitieux. »
Au passage, le rapport parlementaire indique la vraie raison de la suppression du service militaire en 1997 par Jacques Chirac : « C’est bien parce qu’il était devenu inefficace et qu’il remettait en cause la capacité opérationnelle de l’ensemble des armées que le service militaire a été abandonné ». Ce n’est donc pas pour «moins d’armée», mais pour «mieux d’armée» que le SNU va être fait pour remplacer l’ancien service militaire.


Pour tout renseignement complémentaire
Fédération du Cantal de la Libre Pensée
Maison des Associations 8 Place de la Paix
15000 AURILLAC
lpcantal15@gmail.com

Retourner au contenu