IVG 40 ans après - lp15

Aller au contenu
Menu

IVG 40 ans après

libres débats > Libres débats archives

Libres Débats de la Libre Pensée
Mercredi 4 février 2015, à 18h15
40 ans après la loi sur l'IVG
continuer sur le chemin de la liberté !
Introduction au débat Planning familial du Cantal

Si avant 1968, les actions du Planning familial étaient centrées sur l'accès à la contraception, l'après 1968 sera actif aux côtés d'autres associations réunies au sein du MLAC dans la lutte pour la légalisation de l'avortement en France.
Après la promulgation de la loi Veil en janvier 1975, le Planning s'attachera à la faire appliquer tout en demandant des modifications. Car en tolérant l'avortement au nom de la santé publique, la loi maintenait les femmes dans un statut inférieur en ne leur reconnaissant pas ce droit comme fondamental.
En 1982, grâce à une forte mobilisation de la rue, le remboursement de l'acte d'IVG à 80% est obtenu.
Désormais le remboursement est à 100% (sans les actes associés)
Depuis la loi Veil , les opposants tentent régulièrement de remettre en cause ce droit. Cette opposition rassemble les conservateurs issus de la « droite dure », les milieux religieux principalement catholiques et les milieux d'extrême droite.
Dans le contexte socio-économique actuel, le cocktail « précarité et conservatisme réactionnaire » conduit inévitablement à un recul des droits civiques et sociaux, notamment pour les femmes.
Le Planning familial a toujours été aux côtés des femmes pour défendre leur droit de choisir d'avoir ou non des enfants et de vivre une sexualité épanouie, dissociée de la reproduction. Avec la même conviction, il se bat pour que toutes celles qui souhaitent avoir des enfants puissent le faire sans aucune entrave politique, religieuse ou juridique.
Les participants ont tiré la conclusion suivante :
Si l'avortement a été légalisé en France en 1975, 40 ans plus tard,
Il n'est toujours pas légitimé.


Retourner au contenu