Après l'Assemblée générale 2017 - lp15

Aller au contenu
Menu

Après l'Assemblée générale 2017

Qui sommes-nous?
Rapport d’activité 2016/2017 (extraits)



L'actualité nous apporte son lot  d'événements tragiques qui expliquent qu'une certaine angoisse étreint chaque citoyen comme chacun d'entre nous. Douter, chercher, comprendre ont été en quelque sorte notre boussole dans cette course folle à la barbarie que l'on cherche à nous imposer. Barbarie des attentats, barbarie de l'installation de la peur entraînant une réduction de nos libertés, de nos droits.
Cette année encore, nous avons été sollicités par des instances diverses pour parler de laïcité voire pour présenter la libre pensée organisée que nous représentons.
C'est un exercice intéressant, pour un libre penseur, de présenter, son association, son histoire, ses actions et les hommes et les femmes qui l'ont illustrée et servie.
C' est une entreprise délicate, car on ne parle pas de la Libre Pensée comme d'une vérité révélée, elle n'est pas la religion de ceux qui n'en ont pas. Ca n'est pas non plus, forcément, l'athéisme.
La définition même de la libre pensée peut donner lieu à de nombreuses interprétations. Nous sommes surpris parfois de constater la façon dont nous sommes perçus dans l'opinion publique.
La première interprétation, la plus primaire, c'est de nous attribuer une pratique contestataire. Le libre penseur serait un homme ou une femme qui ne serait jamais content, jamais satisfait, rabaissé au rang de "râleur", un mal bien français, comme disent certains bien-pensants.

Marc Blondel disait: "Non, contester ne suffit pas.
Etre libre penseur, c'est avant tout faire la liaison entre liberté et rébellion.
Etre libre penseur, c'est refuser la vérité révélée. C'est être conscient que la vérité progresse en fonction des connaissances, de l'évolution de la société et des mentalités, et qu'il faut par dessus tout privilégier la connaissance."
Bien entendu, et chacun et chacune l'aura compris, c'est refuser l'obscurantisme, le dogme et ce qui, hélas, en découle, l'intolérance.

Rapport financier du trésorier pour la période allant de septembre 2015 À juin 2016.
La Fédération compte à ce jour 63 adhérents, il faut noter l’importance des soutiens qui permettent d’équilibrer le budget. Le nombre d’abonnés à la libre pensée cantalienne est stable (46 abonnés).

Souvent, même dans les sociétés qui se réclament de la démocratie, l'action la plus commune et la plus facile reste la culture de l'ignorance, qui peut prendre des formes diverses. D'abord par l'accès ou non à l'enseignement et au savoir, puis par la nature de l'enseignement, et enfin par le contrôle de l'information.
C'est la raison pour laquelle, le libre penseur ira voir le dessous des choses, leur face cachée. Il s'informera pour arrêter son jugement.
La Fédération du Cantal de la Libre Pensée est fière d'effectuer ce travail et d'encourager les citoyens à la recherche de la "vérité".
L'information et la documentation sont donc une partie importante de notre activité qui incombe plus particulièrement au camarade "libraire".

Réhabilitation des fusillés pour l'exemple.
Suite au courrier demandant une délibération en faveur de la réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple de la guerre 1914/1918, nous avons reçu les réponses positives des communes suivantes:
  • Saint Cernin,
  • Naucelles,
  • Crandelle,
  • Labrousse
  • et Pierrefort.
  • Le maire d'Aurillac a considéré que cette affaire était "trop complexe".

le libre débat du 2 novembre 2016 a eu pour thème le "pacifisme antimilitariste et internationaliste de la Libre Pensée". Ce fut l'occasion de rappeler l'historique des actions menées par la Libre Pensée depuis le Congrès mondial de Paris en 1905, favorable à l'adhésion des libres penseurs aux sociétés pacifistes, appelant au désarmement général et adoptant la devise "guerre à la guerre" aux côtés des pacifistes internationalistes. les libre penseurs ont toujours proclamé leur volonté d'établir "la paix entre les peuples".
C'est dans cette perspective que s'inscrivent les rassemblements pacifistes du 11 novembre. Ils dénoncent toutes les guerres actuelles et affirment notre volonté de militer pour un monde débarrassé des tueries, massacres et déplacements de populations.
Comme chaque année, la Fédération du Cantal était représentée devant le monument pacifiste de Gentioux en ce 11 novembre 2016. Le comité de Gentioux a déposé, le 10 novembre 2016, une gerbe au pied du monument en mémoire aux mutins de 1917 au cimetière de la Courtine.
La CAF du Cantal a adopté le principe d'une exposition itinérante concernant la réhabilitation des fusillés pour l'exemple dans le département du Cantal. Cette exposition réalisée par la Fédération du Puy de Dôme sera à notre disposition en mars et avril 2018.
Notre Fédération a participé en tant que telle à la souscription pour l'érection d'un monument sur la ligne de front en hommage aux 639 fusillés pour l'exemple.

Les obsèques civiles.
On peut noter dans notre département, la construction d’un crématorium à Saint Cernin et des projets dans d’autres lieux, ainsi que la mise à disposition par un opérateur de Pompes Funèbres d’une salle à Aurillac qui facilitera l’organisation d’obsèques civiles. On peut penser que notre action y est pour quelque chose.

Les libres débats
Pour mémoire, les libres débats existent dans le Cantal depuis 2006 à raison de 10 par an en moyenne ce qui nous amène peu ou prou à près de 100. Nous avons traité cette année:
  • Islam et laïcité
  • Pacifisme et antimilitarisme de la Libre Pensée
  • Laïcité des institutions républicaines
  • Syndicalisme et laïcité (question à l'étude)
  • Les religions contre les femmes
  • Europe et laïcité
  • La guerre d'Espagne et après
Une page de l'histoire cantalienne occultée

Animation de six ateliers à l'Université inter âges sur le thème “ La laîcité pilier de la République française, la Séparation des Eglises et de l’état, une aspiration universelle”.

Nos moyens de communication.
Le site internet http://lp15.pagesperso-orange.fr et la lettre d'info qui renvoie souvent sur le site. Depuis septembre nous avons mis en service une page facebook de la fédération du Cantal qui compte à ce jour 96 membres dont une grande partie est extérieure au département. C'est un complément d'information qui ne fait pas double emploi avec le site internet, mais qui demande une surveillance des commentaires et des publications.
La libre pensée cantalienne c'est notre revue, paraît sans interruption depuis 1989. Après une période de parution à 12 pages pour des raisons financières elle est revenue à 16 pages comme à l'origine.

Conclusion
La fédération du Cantal de la LP a fêté ses 50 ans d'existence en 2013.
Reconstituée en 1963, c'est après 1989 qu'elle prendra sa vitesse de croisière. En 2004, suite à des changements de responsabilités dans la CAF, nous avons tenté de formuler les axes de notre fonctionnement.
Nous en avons défini trois:
  • la visibilité,
  • la crédibilité,
  • L'ouverture.
Etre visible, pour une association c'est avoir pignon sur rue avec une adresse et un local. C'est le cas depuis 1987. Ensuite c'est posséder une revue à parution régulière, c'était aussi le cas depuis 1989. Restait à être présent sur le web à partir de 2007. Etre visible, c'est aussi apparaître régulièrement dans la presse régionale, c'est répondre aux invitations des différentes associations et institutions.
Etre crédible c'est ne pas confondre "activisme" et "action". C'est agir à coup sûr et avec des arguments imparables. C'est utiliser le triptyque "savoir, comprendre, agir" sans faire l'économie du "comprendre".
Evidemment le risque de l'ouverture c'est de perdre son autonomie  de réflexion et d'action. L'ouverture telle que nous la concevons c'est faire adhérer des individus venus d'horizons différents afin de faciliter, lorsqu'il le faut, les contacts et les soutiens .

Continuons à être fidèles à Jacques Prévert qui disait: "Lorsque la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie" et à Ferdinand Buisson qui déclarait en 1904: "Légalement et officiellement, la nation n'a ni Dieu ni maître" ce qui donne tout son sens à la formule:

"A bas la calotte et vive la sociale"
Retourner au contenu